Cerbère-Hendaye : fin du périple fou !... et montagnards

Publié le par AC Chemin Long

La suite et la fin du périple fou de Stéphane :

Stef CH07"Parti de Bagnères de Bigorre, après une journée de repos, un peu d’échauffement pour rejoindre le col du Soulor par Lourdes... Au menu ce jour, col du Soulor, l'Aubisque (facile de ce coté) Marie Blanque (pareil que précédent) ; alors étant en pleine forme, je décide de rouler un max aujourd'hui. Vient le col de Houraté (et là l'enfer... pourcentage de 10 % sur un Km, seulement les 400 premiers mètres sont à 2%, vous imaginez la suite, des passages à 14%, tout à gauche, debout sur les pédales), puis col de Labays (bien avec encore une fois un club Espagnol, et une charmante demoiselle pour m'encourager, ça redonne des forces pour continuer), alors j’enchaîne avec le col du Soudet... pas vu le panneau, puis comme il ne pleut pas (bizarre, des orages étaient annoncés !!) je continue sur le Col de Bagargi (une galère pas possible, j'ai failli abandonner, tellement il est dur de ce coté), j'arrive exténué en haut, après 198 Km, je n'ai plus la force et la lucidité de descendre, nous dormirons donc la-haut).
Stef CH08  Stef CH09  Stef CH10
Le lendemain, que du plaisir, malgré les efforts de la veille, les jambes dur au départ, le col de Burdincurucheta, fut avalé de ce coté en moins de deux...j'ai dut faire marche arrière pour la photo... Puis la descente, vitesse max, que du plaisir malgré les quelques faux plats qui suivrons.
Au lieux de continuer sur Hendaye, à St jean pied de port, je continu sur Hasparren, St vincent de tyrosse, Vieux boucau, que j'atteindrai à 12h00 soit 135 km a une moyenne de 35 km/h.
Synthèse de ce périple, magnifiques paysages, personnes rencontrées sur le parcours très sympathiques (surtout au Pays Basque, car ils sont radin, et il n'y a pas de panneaux indicateur, donc on est obligé de demander si l'on veut continuer, je suis même resté accrocher avec ma langue...avant le col de Hourataté). J'ai rencontré une grande famille, celle du vélo, des cyclistes s’arrêtaient pour me demander s'il j'avais besoin de quoi que ce soit, alors que soit j'attendais mon ravitaillement (Bénédicte, que je remercie) soit je vérifiais mon chemin... le parcours est extrêmement exigent , à ne pas faire seul...
Bonnes Vacances à tous ! Stéphane"

C'était également la fin de la dernière intrusion de notre André dans le Pays Basque. Un petit périple de 3 jours avec 9 cols escaladés. Et pour la première fois de sa vie, il a escaladé (avec le 30x28) une pente à 28 %, sur une 20aine de mètres ! C'était sur le col de Lindus, en dessous de Roncevaux, sur une route avec des portions cimentées, ou il y a un passage de 400m entre 16 et 20%. Cette route est utilisée par les chasseurs de palombes... André y a croisé un sanglier mort... le pauvre... il n'a pas du supporter la pente !

Olivia était également dans les Pyrénées, et s'est grimpée l'Aspin, le Tourmalet, l'Hourquette d'Ancizan... qu'elle n'a pas trop aimé, trop casse-pattes !

BRAVO à tous nos Montagnards Pyrénéens !!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soudain S 05/08/2013 11:57


Merci André


pour le Soudet, je me doutais un peu, mais je voulais continuer ma route.


Effectivement, merci aux femmes de nous supporter, surtout quand on doit faire des manoeuvres avec le camping-car dans les lacets très étroits....


Stef

André C. 01/08/2013 16:42


Bravo Stéphane , que de souvenirs sur ce parcours !


Je vois que tu as "apprécié" le Bagargui , c'est effectivement infernal depuis Larrau. Pour Le Soudet , après Labays , tu avais quelques centaines de mètres à faire sur la gauche  en
direction de La Pierre St Martin pour découvrir le panneau.


Bravo également à Bénédicte , comme Christiane , il lui a fallu certainement une bonne dose de patience !   


André C.